Aller au contenu


- - - - -

Bandit, bogey, outlaw...c'est quoi ?


On a tendance à mélanger un peu toutes les manières de nommer le contact radar suspect qui vient d'apparaître sur notre écran...essayons de clarifier tout ça !
Imaginons : vous êtes en CAP le long de la frontière nord-coréenne en plein milieu d'un conflit global, vous êtes sous le contrôle d'une autorité de contrôle et de commandement (en général, un AWACS, mais on utilisera ici le terme générique de C2 pour command and control) quand tout à coup un contact apparaît sur votre radar.
 
Deux questions très simples vont se poser :
  • Dans quel camp est le contact ?
  • Suis-je autorisé à tirer dessus ?
La deuxième question n'est pas redondante : dans la vie réelle, on peut très bien imaginer un contact ennemi sur lequel l'ouverture du feu n'est pas autorisée (avion d'évacuation sanitaire, par exemple).
 

Premier point : dans quel camp est le contact ?

 

Cette question, c'est ce qu'on appelle l'ID (identification, prononcé aïe di).
Tout contact dont l'identité est inconnue est appelé bogey.
 
Dans les faits, un appareil peut appartenir à trois camps différents :
  • c'est un allié : le contact est un friendly ;
  • c'est un ennemi : le contact est un bandit ;
  • c'est un neutre (neutral).
Le processus d'ID va donc avoir pour but de transformer un bogey en friendly, en bandit ou en neutral.
 

Comment classer le bogey ?

 

La catégorisation d'un bogey dans l'un ou l'autre des camps se fait à partir de critères. Chaque critère a une importance bien définie. Les règles d'engagement (ROE) propres au théâtre d'opération (ce qu'on appelle les theater ID criteria) déterminent quels sont les critères qui suffisent à réaliser l'identification d'un bogey.
 
Tous les critères n'ont pas le même poids.
  • Certains critères permettent une identification bandit catégorique (positive enemy indication).
    • Le bogey est identifié par un moyen électronique embarqué : NCTR, RWR ou tout autre système défini dans les ROE (Liaison 16 par exemple).
    • Le bogey est identifié par un moyen externe (typiquement, l'AWACS).
    • Le bogey est identifié visuellement (VID pour visual identification), que ce soit par vos yeux ou par l'intermédiaire du TGP.
  • Il est possible d'avoir un doute sur l'identité du bogey (lack of friendly indication). Il faut alors vérifier deux critères avant de classer le contact comme bandit :
    • Identification IFF : si le bogey répond un code attendu à l'interrogation (paints), le critère n'est pas rempli. Si le bogey répond un code qui n'est pas celui attendu (bogey squawking #, où # est le mode utilisé pour la réponse), le critère n'est pas rempli. Il faudra davantage d'informations pour catégoriser le contact. Si le bogey ne répond pas à l'interrogation IFF (spades), le critère est rempli.
    • Cinématique du vol et respect des MRR : les MRR (minimum risk routes) sont des routes habituellement pré-briefées destinées à être empruntées par un avion en difficulté (par exemple, dépourvu de moyens radio et/ou transpondeur) qui souhaiterait revenir au bercail en étant reconnu. Elles spécifient des couloirs aériens, des limites d'altitude et/ou de vitesse que l'appareil doit respecter. Si l'appareil s'y conforme (rider), le critère n'est pas rempli mais le contact reste un bogey et nécessitera davantage d'informations avant d'être classé. À l'inverse, un appareil qui n'est pas sur une MRR, ou dont le plan de vol, la vitesse ou l'altitude ne sont pas conformes à la MRR qu'il traverse peut remplir le critère (en fonction des ROE). Si les ROE permettent l'engagement d'un tel bogey, il est alors appelé gopher.
    • En résumé, le bogey pourra remplir le statut lack of friendly s'il remplit la première condition (il est spades), voire, si elle existe, la deuxième (respect des MRR). 
  • Le bogey peut également être considéré comme provenant d'une zone ennemie (point of origin). C'est un outlaw.
On a donc un contact qui va peut-être remplir un ou plusieurs de ces trois critères : positive enemy indication, lack of friendly indication et point of origin.
 

Comment savoir quelle combinaison de ces critères permet le classement bandit ?

 
C'est le rôle d'un outil nommé ID matrix. Il s'agit d'un tableau qui indique les différentes combinaisons qui mènent au classement bandit. En règle générale, on demande au moins une positive enemy indication et une lack of friendly indication, mais tout dépend des ROE en vigueur sur le théâtre.
 
Positive Enemy IndicationLack of friendly indicationPoint of originID
Bogey
Bogey
Bogey
Bogey
Bogey
Bandit
Bandit
Bandit

Tableau 1. Exemple d'ID matrix telle qu'énoncée par les ROE du théâtre d'opérations.
 

 

Pour simplifier, nous allons ici considérer le cas le plus classique, dans lequel l'ID matrix nécessite les 3 critères pour réaliser une classification hostile.

 

 

Deuxième point : suis-je autorisé à tirer sur le bandit ?

 
La classification bandit ne suffit pas à autoriser l'ouverture du feu sur le contact. Un exemple simple serait celui d'une opération de maintien de la paix dans un pays en guerre civile, pour laquelle on attendrait de vérifier les intentions hostiles ou non d'un appareil ennemi avant de tirer, ou celui d'un déserteur ennemi qui chercherait à passer de votre côté.
 
L'ouverture du feu sera autorisée dans certains cas :
  • une autorité de contrôle (typiquement l'AWACS) l'annonce expressément (cleared to engage) ;
  • le bandit manifeste des intentions agressives : c'est alors un hostile et le tir est autorisé pour se défendre contre l'agresseur, à la condition que la CAF (cleared avenue of fire) soit dégagée.
On peut résumer l'ensemble des informations de ce tuto sous la forme du schéma ci-dessous :


 Image attachée: ID matrix 2.png

Figure 1. Schéma récapitulatif de la procédure d'identification.
 

Attention : toutes les informations qui précèdent sont conformes aux standards de l'USAF. Certaines nations appliquent des standards différents, notamment sur la classification hostile qui n'implique pas nécessairement d'autorisation d'ouverture du feu.
 
J'espère que c'est un peu plus clair :)


0 Comments

1707