Aller au contenu


* * * * *

Le FAC sur Falcon : retour d'expérience


Cet article constitue une petite synthèse de l'expérience vécue dans le rôle de FAC sur notre simulateur préféré. Il est amené à évoluer en fonction de nos entraînements.
C'est le pendant côté FAC de l'article CAS rédigé par Side, que je vous encourage à lire en premier.

Rappels


 
Quelques points importants, pour commencer :
  • Falcon n'est pas franchement orienté sur les missions FAC/CAS, qui sous-entendent plutôt des opérations asymétriques avec des unités au sol qui se déplacent de manière crédible. Il faut un peu de travail pour créer une mission crédible, et les possibilités restent limitées.
  • Le F-16 n'est pas un appareil orienté vers la mission de FAC. Falcon n'étant pas une simulation d'OV-10, il faudra faire avec, et cet article a également pour but de trouver des parades à cette limitation.
  • Nous manquons un peu de retour d'expérience réel sur la mission.
  • Je ne me prétends absolument pas être un spécialiste de la discipline. Je vous propose simplement mon RETEX pour ceux qui voudraient essayer ce rôle !

Position du FAC


 
Le FAC, tout comme les appareils en CAS, se place dans une wheel centrée autour de la position à appuyer. Idéalement, le point central de la wheel doit être un point remarquable visible depuis le ciel, tel qu'une ville, un pont, un croisement, un bâtiment important...charge au FAC de préparer un STPT lors du briefing ou de l'arrivée sur la zone de patrouille et de le faire coïncider avec ce repère.
 
La wheel pourrait (et devrait) être réalisée uniquement en visuel, mais la présence de ce STPT est importante pour plusieurs raisons :
  • Il permet de mémoriser les coordonnées GPS du point central, ce qui vous permettra de les ressortir rapidement aux appareils en CAS lors du situation update briefing ;
  • Il devient plus facile de garder le visuel sur la zone au viseur de casque, puisqu'on a un joli diamant qui nous indique le centre de la wheel (actuellement, uniquement en mode NAV, ce qui oblige à un peu de gymnastique entre les master modes).

 Image attachée: 2017-03-13_182415.jpg

Figure 1. Wheel centrée sur la ville de Wonsan (diamant), à 11 nm.

 

Il est important d'éviter de gêner les appareils qui vont frapper tout en gardant un bon visuel (primordial) sur la zone à traiter. Une distance de 8 à 10 nm à une altitude de 25 000 ft environ est un bon compromis. L'utilisation du pilote auto est très fortement conseillée afin de tenir l'altitude de patrouille. Il suffit alors de mettre un peu d'inclinaison (typiquement, entre 20 et 30°, en fonction de la vitesse) pour tourner tout seul de manière centrée autour du point de patrouille. La vitesse sera limitée afin de tenir l'autonomie la plus grande possible, vous pouvez descendre jusqu'à un Mach de 0.7 sans problème.
 
Si des cercles de menaces sont briefés, n'hésitez pas à utiliser votre HSD afin d'estimer votre distance à la cible, voire à carrément suivre les contours du cercle si la distance s'y prête ! Le PPT en lui-même, d'ailleurs, peut très bien faire office de point central de la wheel.
 

Image attachée: 2017-03-13_180159.jpg

Figure 2. Utilisation des cercles de menace (ici, rayon de 8 nm environ) pour maintenir la wheel.

 

 

Configuration cockpit


 
La configuration de mon cockpit lors du FAC est très différente de celle que je retiens d'habitude en mission AG :

 

Image attachée: 2017-03-13_180630.jpg

Figure 3. Exemple de configuration cockpit lors du FAC.

 
Mon DED affiche en général la page STPT, qui me permet de modifier / consulter les coordonnées des différents points de navigation qui me servent à diriger les frappes (cf. partie suivante).
Le FCR est relativement inutile dans ce rôle sauf cas particulier. Je ne l'affiche donc pas à gauche. En revanche, l'utilisation du HSD est très importante, d'où sa présence sur l'écran gauche. Mon écran de droite affiche, comme d'habitude, le TGP qui reste l'instrument principal de contrôle au sol. Attardons-nous un instant sur ce dernier :
 

Image attachée: 2017-03-13_180243.jpg

Figure 4. Utilisation du TGP.

 

Quelques éléments me semblent indispensables sur l'écran TGP. L'affichage du nord (north meter stick) permet à la fois de se repérer dans ce que le TGP affiche par rapport à ce que vous voyez à l'extérieur, et de donner des indications pertinentes aux appareils en CAS lors du talk-on. Les coordonnées GPS et l'altitude du point visé sont fondamentales dans la 9-line. Le cercle affichant la zone létale des munitions (frag circle) est très utile afin d'estimer les distances.
Pour le reste, vous serez sans doute en train de basculer en permanence entre les modes BHOT/WHOT/TV et la focale de votre TGP. N'oubliez pas d'activer le PTR. Je ne vois pas de contre-indication à rester en mode BOTH1 en permanence.
 

Suggestion de procédure


 
Le FAC doit veiller à se positionner sur la zone à surveiller très en avance des appareils alliés (idéalement, au moins 5 à 10 minutes avant le TOT). Il doit rapidement prendre ses repères et s'installer sur la wheel, puis commencer à trouver des cibles au sol.
 
Dans le cas de cibles assez statiques, je vous conseille de « marquer » la position de chacun des points intéressants pour pouvoir y revenir par la suite. Pour ceci, deux options :
  • Utiliser la page MARK de l'ICP pour créer un markpoint sur le SPI du TGP ;
  • Noter les coordonnées sur le TGP et les rentrer à la main dans la page STPT d'un point de votre choix.
En général, j'utilise la fonction MARK pour créer le maximum permis de 5 points (STPT 26 à 30). Si j'ai besoin de points supplémentaires, j'écrase les points précédents. Dans tous les cas, je vous recommande très fortement de prendre le temps de noter les coordonnées sur un bout de papier (avec leur description, « blindé » ou « pont » par exemple).
 
Par la suite, vous n'aurez qu'à faire défiler les différents STPT pour balayer l'ensemble des points que vous surveillez. Cette méthode vous permet, par exemple, de commencer à briefer un appareil sur une zone tout en étant capable de revenir très rapidement à la précédente pour réaliser le BDA dès qu'une bombe touche le sol.
Attention néanmoins à appuyer sur CZ (ou à laisser votre TGP asservi aux STPT, c'est-à-dire à ne pas le passer en AREA) pour ne pas avoir d'incohérence entre le point visé et vos STPT.
 

La 9-line


 
Le formalisme de la 9-line est rappelé dans le MP2. La qualité de votre annonce 9-line conditionnera directement celle du collationnement et donc le temps passé à faire le briefing. Je vous recommande de porter une attention particulière aux points suivants :
 
  • Énoncez distinctement chacune des lignes, de préférence dans l'ordre spécifié dans les SOPs. Vous pouvez rappeler l'intitulé de chaque ligne (« target location », « position of friendlies », etc.) pour éviter toute ambiguïté, ou a minima donner le numéro de la ligne.
  • Les coordonnées (latitude, longitude) doivent être précédées du point cardinal approprié, et avec tous les zéros significatifs (i.e. on énonce bien E 128° 05' et non pas 128° 5', par exemple).
  • Limitez-vous aux items indispensables.
  • Suivez l'entièreté de la 9-line, puis attendez le go de l'appareil contrôlé pour passer aux remarques (« Advise ready for remarks »). Énoncez ensuite vos remarques, puis demandez l'intégralité du collationnement.
 
J'espère que ce petit RETEX vous sera utile :)


0 Comments

789